dimanche 11 septembre 2011

Lecture - Freedom - Jonathan Franzen

Lecture - précédente           ☆          Lecture - début           ☆             Lecture - Suivante
 
☆ ☆ ☆ ☆ ☆ ☆ ☆
Chronique sur la lecture
Auteur : Jonathan Franzen
type de livre : contemporain

C'est toujours intéressant de découvrir un nouvel auteur.

Nouvel auteur? Il est américain; il est né en Illinois en 1959. Hum! une visite sur le web m'indique qu'il a déjà publié cinq livres, tous traduits en français ( un bon point pour lui!).

Alors, ce n'est pas vraiment un nouvel auteur pour le grand public; mais pour moi, son écriture est nouvelle dans ma bibliothèque; il n'y aura pas beaucoup d'autres livres de cet auteur qui s'y ajouteront.  J'ai même hésité à en parler sur ce blog, où j'aime mieux parler des choses que je trouve belles ou extraordinaires.  J'ai quand même décidé d'écrire une publication sur ce sujet; un peu pour prévenir mes lecteurs.  Bref, j'ai été très déçue par ce livre dont le titre "Freedom" est le même en français et en anglais.

FreedomJ'ai décidé d'essayer cet écrivain à la suite d'un article dans la revue l'Actualité par Mauricio Segura qui écrit au sujet du livre " illusoires libertés américaines ... Ils ont sacrifiés des forêts pour des dollars, se sont enrichis avec la guerre en Irak. Les personnages du dernier roman de Jonathan Franzen savent qu'ils ont bradé leurs libertés".

J'ai donc lu l'article, trouvé que le sujet valait la peine d'être essayé.

Malheureusement, au tiers du livre de 700 pages, je n'avais trouvé qu'un personnage, Patty, qui a épousé Walter l'homme qu'elle n'aimait pas vraiment; elle a décidé d'être une femme au foyer pour les mauvaises raisons et, alors que les enfants quittent le foyer familial, elle se tape une dépression profonde et sombre dans la bouteille. Pour en rajouter, elle couche avec Richard, le meilleur ami de son mari, l'homme qu'elle a toujours aimé mais qu'elle n'a pas osé suivre dans les dédales d'une carrière musicale arrosée de drogue.  À défaut de trouver la liberté,  Patty vit dans une prison qu'elle a patiemment bâtie autour d'elle au fil du temps, en prenant les mauvaises décisions et en faisant les choses pour les mauvaises raisons.

J'ai mis  deux semaines à lire le premier tiers du livre et j'ai failli abandonné plusieurs fois. Tout était plus intéressant à lire que ce roman, même les boîtes de céréales et les nouvelles sur la politique ....

Mais j'ai décidé de tenir bon. Peut-être que les autres deux tiers seront extraordinairement bons pour me faire oublié le premier? 

C'est avant d'atteindre la moitié du livre que j'ai eu mon premier buzz ... il était temps. C'est quand Walter, le mari de la neurotique Patty, a tenté de convaincre son ami Richard, le grand amour de Patty, de travailler avec lui sur un projet environnemental pour protéger la paruline azurée (c'est un oiseau) de l'instinction en réduisant la croissance de la population "humaine" mondiale.  Ben, ça c'est sûrement intrigant. Walter fait tout cela à l'insu de son employeur, un magnat du gaz et ami de GW Bush et Dick Cheney. Ben là, cela devient intéressant.

Puis, dans le milieu du livre, j'ai rencontré en format adulte, l'égocentrique Joey, cet être imbu de lui-même qui est aussi le fils de Walter et Patty. Son unique but dans la vie est de faire de l'argent. Il abuse de tous les gens qui l'entourent et se dirige tout droit vers un monde où l'argent et les républicains (c'est comme les conservateurs au Canada) dominent.

Et je ne sais toujours pas où s'en va l'histoire. J'ai relu l'article de l'Actualité; j'ai vérifié que j'avais bien le bon livre, le bon auteur ... et je ne vois toujours de lien entre l'article et le livre lui-même.

Puis, il y a eu les rages de Walter, toujours marié à Patty, qui ne sait toujours pas que son ami  Richard a couché avec sa femme, qui est jaloux de la renommée internationale de musicien de Richard et qui n'en peut plus de voir la population mondiale augmenté de 13 millions de "primates" par mois.  Il ne sait pas quoi faire, non plus, avec les avances à peine voilée de sa jeune assistante.

Le livre est supposé parlé de la liberté dont jouissent les américains et de l'abus qu'ils peuvent en faire. Je n'ai vu que des gens égoïstes emprisonnés dans leurs cages fabriqués à coups de névroses et de préjugés. Des paroles même de Walter, les américains tiennent pardessus tout à conserver leur liberté,  "the one thing nobody can take away from you is the freedom to fuck up your life whatever way you want to." (la seule chose que personne ne peut te prendre c'est la liberté est de foutre en l'air ta vie quand et de la manière que tu veux).

A travers tous ces personnages névrosés, dont je n'ai trouvé aucun attachant, c'est de cette liberté que l'auteur parle. La liberté qui a été l'enjeu de la guerre d'indépendance et pour laquelle les Français leur ont donné un statut (hé oui, la statut de la liberté à New York ... est française); la liberté qui les fait porter des armes à partir de 12 ans;  cette liberté qui a fait de ce pays, un monde ultra capitaliste où il vaut mieux prendre l'argent du voisin que lui prenne la tienne.

Cette liberté qui a été si menacée (selon Bush) lors du 11 septembre 2001. C'est au nom de cette liberté que les américains ont fait la guerre à l'Irak.

C'est aussi au nom de cette liberté que les américains, chacun à cette façon, tente de construire leur vie sans tenir compte de ce qui l'entoure, que ce soit les oiseaux (ces êtres tant aimés par Walter) l'environnement (les américains sont friands de SUV et peu d'entre eux visitent la nature, encore moins la protège), les membres de leur famille, les voisins ou le gouvernement.

Comme vous pouvez lire, le thème est fort intéressant. A mon avis,  l'auteur a développé son histoire au travers des personnages qui manquent de charmes et dont l'intensité est contrôlée par leur névrose; cela m'a rebuté. 

Je n'ai pas aimé le livre. Mais je l'ai lu jusqu'au bout, juste pour voir. Maintenant je peux passer à autre chose.

Je ne suis qu'une lectrice parmi beaucoup d'autres. Alors, peut-être que d'autres personnes vont aimer. Je ne sais pas.

À vous de décider.

Voici quelques informations sur cet auteur.

D'abord sa photo. Pas pire hein!
Ses oeuvres publiés 
  • 1988 : The Twenty-Seventh City
  • 1992 : Strong Motion
  • 2001 : The Corrections
  • 2002 : How To Be Alone
  • 2006 : The Discomfort Zone
  • 2010 : Freedom

Publications en France


  • 1994 : La 27e ville (The Twenty-Seventh City, 1988)
  • 2002 : Les corrections (The Corrections, 2001) ISBN 2-87929-296-4
  • 2003 : Pourquoi s'en faire ? ISBN 2-87929-392-8
  • 2004 : La vingt-septième ville (The Twenty-Seventh City, 1988)
  • 2007 : La Zone d'Inconfort (The Discomfort Zone, 2006)
  • 2011 : Freedom (Freedom, 2010)
Plume

Lecture - précédente           ☆          Lecture - début           ☆             Lecture - Suivante  
☆ ☆ ☆ ☆ ☆ ☆ ☆


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire