dimanche 2 octobre 2011

Réflexions du dimanche

                       ☆ ☆ ☆ Autres publications sur divers sujets  ☆  ☆ ☆

Il pleut; presque.

Il est tôt. Le soleil n'est pas encore levé. C'est dimanche matin. Matinale comme d'habitude, je savoure la maison sans bruit. Seul le bruit de la cafetière qui prépare notre café agite l'air de la maison. Son odeur vient efficacement remplacer celle de la colle et du brin de scie qui a envahi notre cuisine et agressé nos narines depuis tant de semaines.

Et oui, aujourd'hui, nous récupérons notre maison rénovée. Bientôt je ferai une publication avec des photos.

Ce matin, je veux juste savourer cet instant de plénitude.

Le dimanche matin, comme toujours, est un moment de calme et de sérénité dans ma semaine. C'est comme si mon corps et mon esprit se remettaient au neutre, le temps d'un instant, pour repartir à fond de train, une fois l'instant terminé.

C'est le moment, le seul moment, où je peux vraiment dire que ma tête se vide de toutes les idées et les images qui s'y bousculent sans arrêt, pour se mettre au repos.

Pourquoi le dimanche? Pourquoi pas les autres jours maintenant que je suis retraitée?

Peut-être que, ayant été élevée dans la religion catholique, j'ai encore l'empreinte dans ma tête que le dimanche, c'est jour de repos? Possiblement aussi que, vivant dans un Québec qui, également empreint de son origine fortement chrétienne, continue de maintenir le dimanche comme jour de repos même dans ses lois du travail?

Puis il y a l'habitude de 35 ans d'un travail cadré dans une semaine de 5 jours du lundi au vendredi.

Et le samedi alors? Ben non! Le samedi c'est la course! La course aux obstacles! L'épicerie, le ménage, un peu de bricolage, le magasinage, le jardinage express .... Tout ce que nous n'avions pas le temps de faire durant nos semaines familiales chargées.

Alors que maintenant à la retraite, je fais toute ses activités durant la semaine, que j'ai le temps de profiter d'un tel instant n'importe quand, n'importe quel jour, n'importe quelle heure, je suis toujours surprise de voir mon corps continuer de répéter ce que le temps d'une vie lui a inculqué.

Si chacun d'entre nous prenons autant de temps à prendre conscience et changer nos habitudes bien encrées dans nos corps et notre tête, qu'en est-il de nos sociétés alors que ces habitudes sont renforcées par des milliers de gens, souvent des millions?

C'est pas étonnant que les gens sur la terre ont tant de problème à s'entendre.

Et voilà! C'est repartie! Le moment de plénitude est terminé et, dans ma tête, ont recommencé à se bousculer des analyses, des idées, des points de vue, des mots et des images.

Le café est prêt. C'est le temps de déjeuner!

Bonne journée à tous


Plume / Suzie Pelletier 

- Publié par BlogPress sur mon iPad

                          ☆ ☆ ☆ Autres publications sur divers sujets  ☆  ☆ ☆

1 commentaire:

  1. Il est vraie que les habitudes deviennent une seconde nature, mais peut-on faire autrement?

    RépondreSupprimer