mercredi 4 avril 2012

Ecuador 2012 - Otavalo et Peguche

 ☆ ☆ ☆ ☆ ☆ 
23-24 février 2012 

Notre arrivée à Otavalo marquait le début d'un voyage culturel sous le signe du commerce équitable. À partir de maintenant, tous les choix de gîtes et d'endroits visités visaient à favoriser le petit commerçant et les artisans des différentes régions visitées. 

Pour nous, il y avait un autre aspect à cette nouvelle phase du voyage. Soudain, je comprenais moins bien l'espagnol. Lors de notre séjour à Chilcapamba, nous étions dans un environnement où la langue espagnol était une langue seconde. Les indigènes parlaient lentement et prononçaient bien tous les mots et ils avaient à peu près tous le même accent facile à comprendre.  Or, à Otavalo, il fallait faire face à un espagnol parlé plus rapidement et où les accents variaient beaucoup. Comme nous sommes encore en pays andin, nous arrivons bien à comprendre les indigènes; mais quand des espagnols nous parlent, il faut porter attention car ils escamotent les syllabes.

Cela me prendra quelques jours pour m'ajuster. Puis nous savons que nous entendrons d'autres accents à Baños, en Amazonie et à Quito. Comme le perfectionnement de la langue espagnol est l'un des buts du voyage, nous sommes bien servis.

Péguche 

Lors de notre arrivée, nous avons visité le petit village de Peguche qui est à 5-10 minutes en autobus de la ville d'Otavalo. Selon le Routard, "tous les membres de ce village typique, situé à 10 min d'Otavalo, appartiennent à la même famille".  Ce village très accueillant est non seulement reconnu pour sa cascade de Peguche mais également pour ses artisans. Notre visite de la chute fait l'objet d'une récente publication.
Nous avons visité deux maisons d'artisans.
Le premier est l'atelier de musique "El Gran Condor" du groupe de musique Ñanda Mañachi.

Nous y avons vu un artisan fabriqué ce que nous connaissons comme une petite flûte de pan des Andes.


Voilà à quoi ressemble l'instrument de musique une fois terminé.


Puis, une fois la démonstration terminée, nous avons eu droit à un petit spectacle. 




Si cette musique vous intéresse, sachez que le groupe s'appelle Ñanda Mañachi et il est possible de les trouver sur Youtube et Amazone.

Le deuxième artisan que nous avons visité est José le tisserand. Nous avons eu droit à une démonstration de tissage à la méthode andine.




Puis, nous avons "perdu" les jeunes sur trois étages remplis de chandails, d'écharpes, de sacoches, de couverture et d'autres objets en tout genre. Plusieurs sont sortis du magasin les bras pleins de cadeaux pour leur famille et pour eux-mêmes. 

Otavalo

Bien sûr, nous ne pouvions manqué le marché artisanal sur la Plaza de los ponchos qui a fait l'objet de la publication précédente

Nous avons dormi et pris deux repos à la hacienda Ally Micuy, qui a aussi fait l'objet d'une récente publication. 

Notre séjour à Otavalo n'a pas duré très longtemps, moins de 24 heures en fait, mais j'en ai vu juste assez pour savoir que je veux retourner visiter cette petite ville des Andes fort accueillante et très charmante.

Nous étions prêts à reprendre la route vers une autre destination. 

Plume

 ☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire