jeudi 11 octobre 2012

Voyage 2003 - La traversée

☆ ☆ ☆ ☆ Précédente ☆ ☆ ☆ ☆  tous les voyages ☆ ☆ ☆ ☆  suivante ☆ ☆ ☆ ☆

Les maritimes et les îles de la madeleine
Mercredi le 30 juillet 2003 - La traversée

C’est à minuit et demi que nous avons finalement vu arriver cet immense bateau, le CTMA Madeleine. Nous avons regardé calmement les véhicules débarquer du bateau. Ces gens avaient pris le bateau aux îles de La Madeleine à 20 h. 
Le traversier des Iles de La Madeleine (tiré de l'internet)
Quant à nous, nous n’avions pas vraiment réussi à fermer l’œil. Il faisait doux dehors et les fenêtres de l'auto étaient grandes ouvertes. Les bruits du bord de l’eau, les discussions fortes des gens surexcités, les cris des enfants en manque de sommeil, notre propre excitation d’aller aux îles et, fort probablement, les cafés que nous avions bus en trop grande quantité, étaient tous autant de raisons de ne pas dormir.  

Puis le temps d’embarquer est arrivé. C'était maintenant à nous de prendre place dans la file et, avant qu’on l'ait vraiment réalisé, nous étions sur le bateau. Nous ne pouvions rester très longtemps dans les compartiments des automobiles et nous devions monter sur le pont aussitôt l’auto stationnée. De toute façon, ce n'était pas très agréable, car cela sentait le mazout à plein nez.  

Arrivés sur le pont, nous avons pris quelques minutes pour nous orienter, car, sur un gros bateau comme celui-là, la nuit, il est difficile de savoir ce qui est à bâbord ou à tribord. Puis nous avons trouvé la file pour aller payer la traversée. Il fallait payer de toute façon pour débarquer, alors pourquoi ne pas le faire le plus tôt possible ? 

Vers 2 h, nous avions trouvé la cafétéria et nous dégustions quelques fruits, des morceaux de fromage, ainsi qu’un bon café. Oui. Un autre café. En dépit de l’heure, nous avions faim. Puis nous avons senti le bateau quitter le port. Il faisait trop noir pour y voir quoi que ce soit. La mer était d'un calme plat, mais nous devinions les eaux à leur flacottement sur le côté du bateau qui traçait son sillon sur cette mer d'huile. 
Arrivée à Cap-aux-Meules (tiré de l'internet)

Après avoir déambulé quelque temps sur le bateau pour mieux nous y retrouver, nous avons choisi deux sièges très inconfortables pour dormir un peu. 

À 6 h 30 du matin, c'est la voix un peu trop forte du capitaine nous disant bonjour dans son haut-parleur qui nous a fait sortir de notre nuit trop courte. 




Il faisait jour et nous arrivions aux îles de La Madeleine. Le débarquement a commencé vers 7 h et, quelques minutes plus tard, nous nous retrouvions sur la terre ferme, au beau milieu de Cap-aux-Meules. 


Enfin, nous étions arrivés. 


Terminé le 16 août 2003
Revu le 21 septembre 2012  

Plume / Suzie Pelletier

☆ ☆ ☆ ☆ Précédente ☆ ☆ ☆ ☆  tous les voyages ☆ ☆ ☆ ☆  suivante ☆ ☆ ☆ ☆

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire