mercredi 13 août 2014

Lecture - Micheline Duff - Au bout de l'exil


Chronique de la lecture
Auteur : Micheline Duff
Trio : Au bout de l’exil 
Maison d’édition : Québec Amérique
Style : Roman historique


À plusieurs reprises, j’ai vu cette femme aux cheveux noirs à sa table de dédicace, chez Québec Amérique, dans les Salons du livre. J’étais impressionnée par son allure joviale et calme. J’étais intriguée par la personne et je me demandais quel genre de romans elle pouvait bien écrire. Je voulais lui parler bien sûr, mais sa popularité était telle qu’il y avait toujours du monde autour d’elle. Puis, en 2013, au Salon du livre de Saguenay, alors que nous étions en dédicace l'une en face de l'autre, j’ai pu finalement lui parler. 

Sa générosité et son sourire m’ont plu et j’ai automatiquement décidé de lire quelques-uns de ses bouquins. En discutant avec elle et tenant compte de mon goût prononcé pour les romans à saveur historique, j’ai fini par choisir une série qui se passe au 19e siècle et qui fait vadrouiller ses personnages entre le Saguenay et Lowell aux États-Unis.  

Au bout de l’exil (trois tomes) : 

 La grande Illusion, 1880. La vie est dure du côté de Grande Baie, dans la région du Saguenay. Joseph Laurin n’aime pas le métier de fermier. Aigri de caractère, il déchante du mariage avec Rébecca, même si trois filles naissent successivement. Puis, quand sa femme meurt en couche, il décide de porter au sud ses espoirs d’une existence meilleure. Quelque part, à vingt milles au nord de Boston, Lowell l’attend avec le travail de manufacture, l’argent facile à ramasser et la belle vie.


Les méandres du destin (1880-1890) : Joseph cherche toujours à vivre de son rêve de construire quelque chose pour réunir ses filles éparpillées entre Colebrook et Lowell. Appréciant plus la bouteille que le désir de bâtir un avenir avec ses enfants, Joseph s’éloignera de la réalité. Marguerite, Anne et Camille en paieront le prix. Pour elles, c’est le temps d’apprendre à subsister sans leur père et d’absorber en adulte ce que la vie leur apporte de bonheur et de malheur. 

L’insoutenable vérité (1889-1900) : Les trois sœurs Laurin vivent leur bonheur familial. Marguerite réside à Montréal, Anne à Lowell et Camille à Grande-Baie. Leur existence coule merveilleusement malgré l’absence de Joseph. La vie semble belle pour chacune des filles Laurin, jusqu’à ce que l’une d’elles découvre une insoutenable vérité qu’il faut taire à tout prix pour sauver l’harmonie dans la famille. 

J’ai beaucoup apprécié le style de Micheline Duff qui réussit à nous tremper dans le contexte d’une époque si particulière du Québec. En lisant, j’ai senti que j’étouffais par la mousse textile que les usines de Lowell libéraient chaque jour sur ses ouvriers. Il y avait aussi les odeurs de Montréal et bien sûr les paysages du Saguenay. Plusieurs fois, j’avais l’impression d’être avec les sœurs Laurin et j’étais prête à m’offusquer de ce que le destin leur apportait de malchance et de sauter de joie quand la vie les favorisait

Parmi les autres titres disponibles en format papier ou en version numérique, on trouve les bouquins suivants : 

Clé du cœur (JCL)
Plumes et pinceaux (JCL)
Mon grand (JCL)
Les lendemains de novembre (JCL et Guy Saint-Jean)
Les jardins interdits (JCL)
D’un silence à l’autre (trois tomes) (JCL)
D’un silence à l’autre
La lumière des mots
La promesse de l’aube
Mon cri pour toi (Québec Amérique)
Pour les sans voix (trois tomes) (Québec Amérique)
Jeunesse en feu
Paysages éclatés
Une place au soleil
Coup sur coup (Québec Amérique)
Coup de foudre
Coup d’envoi
Contes de Noël en deux volets (Québec Amérique)

Pour en savoir plus sur cette auteure québécoise très prolifique, vous pouvez visiter son site web à l’adresse suivante.


Bonne lecture !!!



Plume/Suzie Pelletier

Merci d’encourager l’édition indépendante

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire