mardi 30 septembre 2014

Écosse 2001 : Meall Mhor


Ullapool juillet 2001
Le 21 septembre 2014, j’ai ajouté un texte sur ma page Wattpad.com. Il s’agit du récit de la grimpée d’une simple colline qui surplombe le village de Ullapool en Écosse. Cette randonnée a été effectuée en 2001, mais, comme à mon habitude, j’ai savouré ce retour à ce périple. Mon nez se rappelle encore de l’odeur de varechs qui s’associait à celle des plantes alpines... hum... je ne parlerais pas d’harmonie. Le texte comprenant plus de 1200 mots, j’ai plutôt choisi de le déposer sur mon autre site. Pour avoir le texte complet: 


Pour ce premier voyage en Écosse, nous avions gardé les highlands pour la fin. L’arrêt à Ullapool devait nous permettre de reprendre un peu notre souffle. Nous sommes tombés en extase dans ce petit bled cantonné entre la montagne et la mer. 

Ullapool est un petit village qui, à son origine, avait la pêche comme principale industrie. Les odeurs de poissons qui flottent dans l’air, tout comme les nombreux bateaux qui sont presque couverts de mouettes criardes, nous indiquent que cette activité de mer reste un métier largement présent encore aujourd’hui pour les villageois. Par contre, le tourisme devient de plus en plus important alors que les traversiers vers les autres îles et vers l’Irlande partent et reviennent au port tous les jours. 

En Écosse, aucune clôture ne vient restreindre les droits de randonnée pédestre; il s’agit d’un principe fondamental qui date de leur origine picte et  qui est gardé aussi jalousement que la vie elle-même. S’il y a eu de nombreuses guerres de clans dans les Highlands, on y dénote aucune chicane de clôture... voici un extrait de mon article:

Curieusement, le début du sentier est  installé juste au bout d’une rue résidentielle. Cet état de fait démontre encore une fois à quel point la montagne fait partie de la vie de tous les jours en Écosse. Les villageois prennent tellement leurs collines au sérieux que les pistes partent dans le fond de leur cour… ou celle du voisin. Nous rencontrons d’ailleurs plusieurs habitants du coin qui s’empressent de nous sourire et nous dire bonjour. Ils sont accueillants ces Écossais… peut-être que leur rictus est un peu narquois parce qu’ils nous voient gravir cette butte alors que nous sommes habillés comme si nous montions une Monroe (montagnes dont la cime est à plus de 900 mètres) et qu’il pleut de plus en plus…

La nature est capable de nous présenter des scènes d’une grande beauté. Ce jour-là ne faisait pas exception. Une fois que les nuages se furent vidés de leur humudité, le soleil a repris du service: 

Le soleil se couche très tard dans les Highlands. La position de cette contrée au nord de la planète, ainsi que sa proximité de la mer, étire longuement les heures où la lumière oblique borde le paysage de tons ocres, orange et jaunes. Nous en profitons donc pour rester quelque temps au sommet du mhor pour admirer les environs sous tous ses angles. Denis prend une série de photos, je gribouille dans mon calepin. Puis, tout en nous émerveillant devant cette nature, nous planifions notre journée du lendemain. 
Les voyages forment la jeunesse... ainsi que les plus vieux. C’est ainsi que nous avons assisté, bien malgré nous, à la naissance des séries de téléréalité. La série Big Brother a pris sa source en Angleterre en 2001. Le résultat a été fulgurant alors que ce concept de voyeurisme se propage à travers le monde à la vitesse de l'éclair. Malgré l’enthousiasme collectif, je suis toujours aussi étonnée par le nombre de ces émissions qui continuent de captiver les gens. Voici notre toute première impression :
[...] C’est à ce moment qu’une image farfelue se fige en permanence dans notre histoire de marche en montagne : nous voyons pour la première fois, sur grand écran direz-vous, l’émission anglaise « Big Brother ». Nous sommes sceptiques, même si les Britanniques autour de nous semblent apprécier, baver presque. Nous sommes un peu atterrés par cette bêtise humaine qui pousse 15 personnes tout à fait inconnues avant le début de la série, à s’enfermer dans une maison pendant trois mois pour éliminer un à un les amis qu’elles viennent de se faire… Est-ce que cet exercice de compétition fort malsaine vaut vraiment un demi-million de livres sterling ?


 Ce texte devient le quinzième d’une série de seize articles colligés sous lw titre « Deux Québécois en vadrouille en montagne ». Mon site http://wattpad.com/suziepelletier comprend maintenant 31 récits de voyage, une nouvelle (policier) et un texte philosophique.  

Bonne lecture !



Plume/Suzie Pelletier

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire