mercredi 21 janvier 2015

Cuba 3 — Ses batailles historiques



On ne peut pas parler de Cuba sans présenter d’abord son développement en tant que pays, une histoire post-colombienne qui s’étale maintenant sur 522 ans. 

La révolution cubaine, menée par les frères Fidel et Raúl Castro aidés de Che Guevarra, se termine en janvier 1959. Par la suite, Cuba se définit comme une République socialiste. Le Parti communiste de Cuba est le seul organisme politique reconnu par la constitution. Depuis, deux dictateurs ont géré le pays. D’abord, Fidel a porté le titre de premier ministre de 1959 à 1976 puis il est devenu le Président du Conseil d’État. En 2008, il laisse le pouvoir d’état à son frère Raúl qui devient également le chef du Parti en 2011. 

La vie sur l’île avant 1959...

Source : whatcuba.com

Avant l’arrivée des conquistadors, trois peuples amérindiens occupaient l’île. Les Guanajatabey auraient été les premiers insulaires; ces chasseurs et cueilleurs habitaient dans des grottes. Les Ciboney vivaient de la pêche et de la chasse et les activités économiques des Taïnos étaient des chasseurs et cultivaient la terre. Ensemble, les trois communautés auraient eu jusqu’à 100,000 personnes. Une consultation de la littérature disponible n’aide pas à expliquer leur disparition complète de l’île de Cuba. Certains parlent de diverses rébellions contre les Espagnols qui les utilisaient comme esclaves, plusieurs discutent de dissémination par l’apport de maladies européennes. D’autres affirment que l’arrivée des conquistadors, et des colonisateurs par la suite, a fait fuir les peuples qui auraient transporté leurs avoirs sur d’autres îles. La vraie histoire est probablement composée d’un peu de tout cela. Somme toute, dès le milieu du XVIe siècle, il n’est plus question d’autochtones à Cuba. 

Source : wikipedia.com

Christophe Colomb découvre l’île le 28 octobre 1492 et l’intègre à l’empire espagnol. N’y trouvant pas l’or tant recherché, les Espagnols transforment l’île en un lieu de transit pour les vaisseaux qui naviguent entre l’Amérique centrale et l’Espagne. De grandes villes s’installent, dont San Cristobal qui deviendra La Habana, et une économie distincte prend forme. Dès lors, Cuba sera reconnu pour la culture du tabac, du café et de la canne à sucre. Le pouvoir de l’Espagne sur Cuba durera 400 ans.






Source : Wikipédia.com

Carlos Manuel de Cèspedes (1819-1874) est appelé le père de la Patrie. Riche propriétaire terrien, il est le premier à affranchir ses esclaves dans un mouvement de solidarité pour déstabiliser la dominance espagnole. Ce geste, suivi par l’ensemble des « propriétaires », devient une tactique importante dans la Guerre de Dix Ans (1868-1878) et qui se termine dans un bain de sang. Les Espagnols reprennent le pouvoir. La guerre d’indépendance cubaine qui dure de 1895 à 1898 libère l’île du joug espagnol. 




De 1898 à 1934, les Américains s’ingèrent dans les affaires de Cuba. Un régime militaire s’installe sur l’île et Fulgencio Batista (1901-1973) en prend le contrôle en 1933. Ce dictateur occupe la présidence de la République de 1940 à 1944. Un coup d’État ramène le dictateur au pouvoir en 1952 d’où il sera délogé par Fidel Castro en 1959 au cours de la révolution cubaine. 



En discutant l’histoire de ce pays, il est impossible de passer sous silence l’embargo économique contre Cuba imposé le 7 février 1962 par les Américains à la suite de la nationalisation unilatérale des compagnies américaines établies sur l’île de Cuba. Il faut ajouter que la Russie avait une entente économique avec Cuba depuis 1960. Bien sûr, quand l’URSS installe des missiles nucléaires sur l’île, les Américains se sentent menacés. Aujourd’hui, cette peur engendrée par la guerre froide (É.-U. — URSS) n’a plus sa raison d’être. Ainsi Barack Obama, le président actuel des États-Unis, a annoncé en décembre 2014 que cet embargo qu’il qualifie d’inefficace sera levé.  D’Ailleurs, ce week-end, commence des pourparlers à Cuba. 

Mes réflexions sur le sujet m’apportent plusieurs questions. 

Si les frères Castro mènent le pays depuis 65 ans, ils ne sont pas éternels. Les journaux internationaux relatent le fait que personne n’a vu Fidel depuis plus d’un an maintenant. Quel serait l’effet de sa mort, surtout que ni lui ni son frère n’ont de descendants qui pourraient poursuivre cette dynastie. Que se passera-t-il avec cette dictature lorsque les deux ne seront plus de ce monde ? 

Barack Obama, un démocrate, prend une direction dans la politique étrangère de son pays qui va à l’encontre de ce que veulent les deux chambres (Sénat et Congrès) contrôlées par les républicains. Arrivera-t-il à faire voter les lois qui sont nécessaires pour éliminer complètement l’embargo ?

Je reste tout de même perplexe quant à la venue massive d’Américains à Cuba qui comprend 11 millions d’habitants. Pourquoi les États-Uniens se comporteraient-ils différemment à cet endroit qu’ailleurs dans le monde ? Leur attitude de conquérant bousculera peut-être un peu trop ce peuple paisible malgré la dictature... 

Plusieurs Cubains nous ont déclaré voir d’un bon œil la fin de l’embargo. Ils auront enfin accès à toutes sortes de produits. Ils croient d’ailleurs que l’argent des États-Unis aidera la population cubaine à mieux vivre via, entre autres, le tourisme. Avez-vous déjà vu les Américains enrichir quelqu’un d’autre qu’eux-mêmes ?

Pour l’humaniste que je suis, je sens que les réponses non dites à ces questions proposent une opinion très dure contre les Américains. Je sais ! C’est plutôt rare que j’émette un tel négativisme... réalisme peut-être ? C’est la faute de ce pays appelé Cuba qui ne laisse personne indifférent. Pourtant, je demeure convaincue que mes conclusions seront prouvées dans un avenir... probablement rapproché... 

Pensez-y. Combien de temps cela prendra-t-il pour rendre cette île « américaine » quand les républicains comprendront l’importance stratégique de l’endroit sur l’échiquier international ? On ne parlera plus de tourisme, mais peut-être d’occupation. Ça me donne froid dans le dos...

Une autre bataille s’installera-t-elle pour ce petit pays des Caraïbes qui se trouve un peu trop près de la Floride ?


Suzie Pelletier 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire