vendredi 27 mars 2015

Écriture — Irlande — Les aéroports


Vous retrouverez ci-après quelques extraits de ce récit de cinq pages, « Les aéroports », qui s’inscrit dans l’album « Deux Québécois en vadrouille en Irlande ». Cette série, une fois complétée, contiendra un peu plus de quinze textes relatant un périple dans cette magnifique île que l’on nomme aussi l’émeraude. Vous pouvez lire le document entier sur mon compte Wattpad.com à l’adresse web suivante :


Lorsqu’il faut franchir des milliers de kilomètres pour atteindre notre destination, le choix de moyen de transport se porte généralement sur l’avion… surtout quand il faut traverser l’océan. En 2004, lors de notre voyage dans les pays celtes, notre trajet partait de l’aéroport de Montréal, comprenait une escale à Heathrow en banlieue de Londres et se terminait à notre première destination… Dublin. Cependant, les choses ne se passent pas toujours comme prévu. 

EXTRAIT : L’embrouille nous a fait perdre vingt minutes. Je sens l’énervement m’envahir. « Merde, je suis en vacances ! Je veux le calme et non pas les embêtements ! » Avec une douceur que je ne ressens pas vraiment, je questionne un employé d’Air Canada qui nous invite à marcher environ 30 mètres le long du corridor; selon lui, nous trouverons « facilement » la file d’attente pour les vols vers Londres. Bien sûr, il avait raison. Il n’a suffi que de trois minutes pour atteindre l’impressionnant attroupement devant le comptoir de dépôt des bagages pour notre vol vers l’Europe. Nous observons la centaine de voyageurs qui, d’un regard un peu hagard, prendront près d’une heure pour s’approcher d’un préposé. Un sourire narquois s’étire sur nos visages. Habitués d’Air Canada, nous filons tout droit vers les postes libre-service que personne n’utilise malgré les encouragements des employés. Vive la technologie ! Ainsi, en un tour de main nous tenons nos cartes d’embarquement et il ne reste qu’à passer nos bagages au comptoir rapide… 

Oups ! Le comptoir rapide pour l’international ne fonctionne pas ! Par manque de personnel... Notre belle humeur disparaît sur le coup et je sens une goutte de sueur glisser sur mon front. Est-ce que mes yeux garrochent la fureur que je ressens profondément ?

Puis, il y a eu l’impressionnant aéroport Heathrow à Londres : 

EXTRAIT : Le bâtiment est composé d’u e partie centrale ronde et surélevée, une sorte de « hub », où se trouvent les restaurants, les boutiques hors taxes, les kiosques des compagnies aériennes, un bureau de la douane, des salles d’attente, etc. De ce dôme partent de longs couloirs; j’en compte au moins quatre. Ils ont l’allure de grands tuyaux et ils sont également surélevés. De l’extérieur, vu du ciel, je suis certaine que le tout ressemble à une araignée, ou plutôt à une pieuvre dont les pattes creuses s’accrochent aux portes d’embarquement. Le soleil éclatant que nous apercevons au travers une sorte de fenêtre en forme de hublot, laisse ses rayons frapper directement sur ces immenses tubes, révélant ainsi leur forte teneur en aluminium. 

Nous suivons l’un de ces couloirs dont l’atmosphère lourde est causée par la chaleur ambiante. L’absence de climatisation ainsi que le fait que la lumière est tamisée nous donne l’impression d’emprunter un corridor d’une station martienne où toutes les nationalités humaines se sont donné rendez-vous. Finalement, notre longue marche nous amène vers ce lieu fort encombré de voyageurs et de bagages à main, juste en face de la porte d’embarquement no 82. Il n’y a que très peu de place pour s’asseoir, sauf à ce bar qui ne nous attire guère. « Bien trop tôt pour boire de l’alcool », pensai-je. Nous décidons de rester debout.

Heureusement pour nous, une fois l’étape de ces deux aéroports passée, nous avons pu poursuivre notre voyage en assumant un meilleur contrôle sur nos allées et venues. Nous avons sûrement rencontré autant de personnes au cours de ce voyage que lors de cette journée de transit. Il s’agissait de résidents de l’Irlande ou simplement des visiteurs comme nous, mais, cette fois, ils n’étaient pas tous au même endroit en même temps…

Surveillez le prochain texte ! Je vous apporterai quelques faits sur l’Irlande obtenus suite à mes recherches préparatoires à ce voyage.

Bonne lecture !

Suzie Pelletier 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire