jeudi 23 avril 2015

Paris 2015 – (6) La Cathédrale Saint-Denis



— Pourquoi voulez-vous vous rendre à la Cathédrale Saint-Denis ?

La préposée au comptoir de service de l’hôtel nous regarde d’un drôle d’air. Je note l’ébahissement qui marque son front. Pourquoi un étranger demanderait-il à quitter la ville afin de voir une petite église de quartier alors que celle plus imposante de Notre-Dame est juste à côté ? Je comprends la question, mais j’insiste.

— N’est-ce pas dans cette basilique que vos rois furent enterrés ?

— Mais oui ! C’est une bonne idée de la visiter ! Vous choisissez la ligne 13 à la Gare Montparnasse et vous sortez directement à la cathédrale. Une demi-heure à peine pour vous rendre à l’endroit.
(source : Wikipédia)

Dans un temps record, nous avions une nouvelle carte de la ville en main qui présentait, par deux cercles tracés à l’encre rouge, notre point de départ et celui d’arrivée. Je n’étais pas surprise de sa réaction. Il est fréquent d’oublier de petits coins de notre cité et de ne parler que des endroits qui intéressent le visiteur moyen. Or, nous ne sommes pas des voyageurs habituels. Saint-Denis était en tête de liste pour nos sorties de cette année à Paris. Nous n’allions pas manquer ça !

En 475 (à peu près), Sainte Geneviève achète les terres qui entourent cet ancien cimetière gallo-romain, lieu de la sépulture de Saint-Denis, martyrisé en 250, et y construit une Église. Le tombeau de la reine Arégonde (l’épouse de Clotaire 1er et la bru de Clovis) y fut placé entre 573 et 579. Dagobert 1er fut le premier roi des Francs à être inhumé à Saint-Denis. Par la suite, la majorité des sépulcres des souverains de France jusqu’à Louis XVIII s’y sont retrouvés.

D’abord construite comme une église abbatiale, l’édifice agrandi devient une basilique sous la dynastie mérovingienne (Descendants de Mérovée). Ce n’est qu’en 1966 que le lieu de culte gothique acquiert le statut de cathédrale quand Saint-Denis obtient officiellement un diocèse de l’Église catholique de France.

Lors de notre présence, en mars dernier, nous avons pu constater que ces vieilles bâtisses ne sont pas munies de chauffage. À l’extérieur, le vent nous refroidissait les oreilles en moins de deux minutes. En dedans, l’humidité nous gardait transis. Je n’ai pas terminé la visite guidée prévue pour 90 minutes et je me suis réfugiée dans le petit musée où la température était à peine plus chaude que l’extérieur. Si les explications sur l’histoire de l’édifice, son architecture et ses résidents étaient captivantes, je tremblais de tous mes os dès que le troupeau de touristes s’arrêtait un moment. La basilique est en réparation perpétuelle et les fonds amassés chaque année ne suffisent pas à la garder dans un état potable… encore moins y installer un système de chauffage.

Par contre, la visite vaut le déplacement. La France fut gérée par une monarchie jusqu’en 1789 (même un peu plus tard) et il devient intéressant de savoir que ses rois et parfois les membres de leurs familles utilisaient cette église comme nécropole. Ce n’est pas aussi imposant que les pyramides d’Égypte, mais ce sont des personnes qui ont influencé le cours de l’histoire, certains en étant de grands monarques, d’autres en perdant la tête. Je m’amuse toujours de voir ces caissons de pierre sur lesquels on a gravé une image de ce que l’on se faisait du souverain décédé. Un sceau marque le règne de l’un, une épée signifie quelque chose de la vie d’un autre alors qu’une couronne semble différente de l’un à l’autre.

Si la visite de l’église vous attire moins, il est aussi intéressant de se promener dans le Centre-ville de Saint-Denis. En avant de la Cathédrale se situe un immense parterre dallé et entouré de petits bistrots et de boutiques de souvenirs. Du Carré Saint-Denis partent de nombreuses rues étroites, tournoyantes et bordées de maisons de pierres beiges à deux, trois ou quatre étages. Ici et là, des marques de combats représentent l’un ou l’autre des nombreux conflits que la ville a subis.

Quand nous l’avons visité, le chœur liturgique était en réfection. Une haute murale nous empêchait d’approcher. La façade de l’édifice était également en restauration. Je n’ai donc pas pris beaucoup de photo.

Pour en savoir plus sur la basilique Cathédrale Saint-Denis, vous pouvez consulter les sites web suivants :




Entretemps, je vous souhaite un bon voyage. Si vous passez à Paris, la visite de la Cathédrale Saint-Denis ne prend que quelques heures.




Suzie Pelletier 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire