jeudi 28 mai 2015

Lecture — Nicole La Fontaine


Chronique sur la lecture
Auteur : Nicole La Fontaine
Titres :  Mon bricoleur d'amour (roman humoristique)
              Adieu mon petit ange (Témoignage)
              Adieu mon petit-frère (Témoignage)
Maison d’édition : Véritas Québec
site web : http://nicolelafontaine.com


Mise à jour le 15 juillet 2016. 

Je viens de terminer la lecture du premier roman de Nicole. Avec son humour inconditionnel, car c’est sa façon de vivre, Nicole nous raconte de petites tranches de vie du couple Robert et Suzanne. Bien sûr, je me suis prise au jeu du rire et j’ai dévoré le livre en quelques heures. Par ce premier roman qui suit deux témoignages fort vivants, l’auteure nous démontre qu’elle peut écrire sur n’importe quoi. J’ai bien hâte de lire ce qu’elle nous inventera la prochaine fois...

Sherbrookoise de naissance, Nicole La Fontaine habite maintenant la région de l’Outaouais. Après avoir exploré les métiers d’enseignante, de communicatrice, d’horticultrice, de fleuriste et de peintre, Nicole plonge à fond dans l’écriture à la suite d’évènements difficiles de sa vie. La philosophe qui sait si bien apprécier la beauté et plusieurs formes d’art devient auteure pour toucher les gens. Son but ultime est d’aider les autres à passer au travers les écueils de la vie tout en gardant le moral et en y découvrant les éléments positifs.


J’ai rencontré Nicole pour la première fois au Salon du livre de l’Outaouais, édition 2014. J’ai été étonnée de voir son sourire éloquent, son écoute active et son attention portée sur les autres alors qu’elle nous présentait un témoignage aussi émouvant par lequel elle nous parle de la maladie puis la mort de sa petite-fille (Adieu, mon petit ange). Passionnée d’humanisme, elle est une excellente conférencière. 

Nicole porte l’habit d’une femme d’affaires bien établie dans sa région alors que son cœur la porte vers des valeurs humanistes et altruistes. Ça vaut la peine de venir discuter avec elle lors de l’une de ses conférences ou au kiosque de Véritas Québec dans un Salon du livre, quelque part au Québec ou au Nouveau-Brunswick.

 Cette auteure joviale et amoureuse de la vie planchait sur son sujet de roman depuis quelque temps, mais elle en gardait jalousement le secret, sauf qu’elle éclatait de rire chaque fois qu’on lui posait des questions. Le bouquin est maintenant disponible. Je l’ai trouvé original, fort surprenant et surtout, j’ai compris l’hilarité qui s’emparait d’elle, juste à y pensait. J’ai beaucoup apprécié le roman. Par contre, je me méfierai lorsque je verrai un outil... style un marteau ou un couteau, dans les mains du son homme, alias Robert...

Nicole a écrit trois livres : un roman humoristique et deux témoignages fort touchants. Dans tous les cas, Nicole aide les gens à mieux accepter des évènements difficiles ou permet de mieux vivre au quotidien. Les deux premiers bouquins de Nicole La Fontaine appartiennent à toutes bibliothèques qui visent à aider les gens, mais aussi pour toute personne qui veut en savoir plus sur les écueils de la vie. Quant à son dernier, je vous suggère de le laisser traîner dans votre maison. Tous y trouveront leur compte… et leur rire...

Les livres de Nicole Lafontaine

Mon bricoleur d’amour (2016) 

Dans ce premier roman, Nicole nous présente des tranches de vie du couple Robert et Suzanne. Robert, un Abitibien débrouillard et un tantinet hyperactif (mon impression), découvre le bricolage en tout genre à force de faire des travaux dans la maison et sur le terrain... disons que l’apprentissage est douloureux... catastrophique parfois.

Taquin de nature, le bricoleur joue des tours pendables, mais Suzanne sait remettre au centuple. 


De sa belle plume, avec humour et candeur, Nicole nous fait rire. Elle nous fait comprendre que l’humour nourrit le couple et agrémente chacun des moments vécus ensemble. 


De sa façon généreuse, Nicole a engagé une jeune illustratrice, Évelyne McCauley qui habite l’Outaouais et vient de terminer son baccalauréat en Création multimédia. Bravo ! 

* * * * *



 Adieu mon petit ange (2015)

Comment peut-on donner un sens à la mort d’un enfant de sept ans que le cancer arrache à sa famille. Utilisant la métaphore de la goutte d’eau, Nicole nous raconte comment elle a vécu le départ de sa petite-fille. Elle a dû apprendre à dire adieu à son petit ange, tout en apportant son support aux parents déchirés par le drame. Comment, en tant que grands-parents, peut-on vivre son propre deuil malgré le fait que son cœur de parent porte toute l’attention à ses enfants affligés ? Les paroles de l’auteure aident à mieux comprendre. 


Dans son livre, elle souligne plusieurs pistes d’entraide, dont les trois suivantes :

Fondation Monbourquette

Entraide-deuil

Leucan


* * * * * * *


Adieu mon petit frère (2014)

Cette fois, c’est la métaphore du feu de foyer qu’utilise Nicole pour nous faire comprendre ce qu’elle a vécu depuis que son jeune frère a reçu le lourd diagnostic d’Alzheimer. Elle explique tous ces deuils successifs alors que la nature même du malade s’effrite peu à peu. Qui sommes-nous sans la mémoire de cette existence derrière nous ? Que devenons-nous quand cette mémoire s’efface petit à petit ? Comment réagir quand l’un des nôtres est atteint de cette terrible maladie ? Les pensées de l’écrivaine permettent d’identifier des solutions.


Voici deux sites internet où l’on retrouve des informations et de l’aide :

Société d’Alzheimer du Canada :

L’appui :




Bonne lecture !

Suzie Pelletier



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire