lundi 14 septembre 2015

Lecture - Banque de démons - Romane



Rubrique sur la lecture
Auteur : Romane
Livre : Banque de démons - Alerte au Vatican
Type de roman : suspense
Éditions Véritas Québec
Site web : http://www.editionsveritasquebec.com

Lorsque je l’ai rencontré pour la première fois, au Salon du livre de Paris en mars 2015, j’ai tout de suite compris pourquoi il avait adopté le nom de Romane. Si je m’étais fait une idée de ce qu’était un romanichel, Romane l’incarnait en tout point. Pourtant, il n’est pas gitan de naissance. Il faut croire que l’utilisation du style manouche dans sa musique de jazz lui a fait prendre aussi les manières désinvoltes, franches et directes des gitans. Ses yeux gardent un secret que son sourire nous invite à tenter de découvrir sans que jamais nous ne trouvions la réponse. Je l’imagine facilement avec son foulard au cou, son baluchon sur l’épaule et ses souliers usés, marchant sur les routes d’Europe, d’une foire à l’autre, sans se préoccuper du lendemain. 

Romane est un musicien de jazz connu à travers le monde. Son école de musique est fort renommée et on reconnait les talents de l’artiste pour aider les jeunes musiciens émergents à développer leur carrière. « Banque de démon » est son premier roman qu’il écrit en collaboration avec sa conjointe, Laura Dourthe et Derek Sébastien, un pédagogue musical. 



Dès le début de cette lecture, le style m’a intrigué. Un roman écrit en utilisant « je ». Deux personnages différents parlent à la première personne du singulier. Bizarre, vous direz ? Peut-être. Pourtant, je ne m’y perdais aucunement, trouvant facilement le fil des intrigues. On se rend compte très tôt que nous sommes en présence de deux aventures qui, séparées au début, s’entremêlent au fil du roman. Romane nous fait voyager dans le temps comme dans l’espace pour nous raconter cette histoire tressée à deux brins distincts. Ça intrigue. On se demande : « Mais quel est le lien entre Anne et le couple Rémy-Alexandra ? » Des gens meurtriers sont aux trousses d’Anne parce qu’elle a découvert un complot que son tempérament de journaliste l’encourage à poursuivre à tout prix. Rémy et Alexandra deviennent une sorte de voleur de banque d’un nouveau genre; ce qui les force à quitter la France pour un lieu... plus discret. 


Romane nous intrigue suffisamment pour qu’on refuser de laisser le livre trainé trop longtemps sur une table. Pendant trois jours, il m’a suivi partout. Jusqu’à ce que j’en termine la lecture. C’est à ce moment que Romane fait un coup de maître... il faut interpréter la fin. Imaginez ça ! Votre perception de la fin sera différente de la mienne ! Wow. Coup de chapeau, mon romanichel préféré ! 

J’ai hâte de te rencontrer à nouveau pour en discuter plus à fond ! Seras-tu le parfait gitan manouche en me refusant une réponse claire ?




Dans tout ça, il reste une curieuse question : est-ce un roman français puisque l’auteur est Français, ou est-ce un roman québécois puisque la maison d’édition est québécoise (Véritas Québec) ? 

Pour vous, chers lecteurs, sachez seulement que vous pouvez obtenir ce roman chez tous les libraires (au Québec et en France); ça en vaut la peine. Quelques heures de plaisirs à savourer un roman qui sort des sentiers battus en matière d’écriture. 


Bonne lecture !


Suzie Pelletier
Merci d'encourager l'édition indépendante




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire