jeudi 24 septembre 2015

Lecture - Guy R. Lacroix - Le secret de mon grand-père



Rubrique sur la lecture
Auteur : Guy R. Lacroix
Livre : Le secret de mon grand-père
Type de roman : roman historique
Éditions Véritas Québec

J’adore l’histoire, mais je n’aime pas lire ces manuels remplis de détails qui prennent du temps à assimiler et, bien malgré moi, m’endorme. J’ai donc acheté le livre de Guy R. Lacroix avec une certaine appréhension. Je me suis finalement décidée à me le procurer parce qu’il raconte le débarquement en Normandie, une période qui m’intéresse énormément. 

Par l’entremise de son personnage principal, Roland Langevin, Guy nous fait voir ce côté sombre de ce bout de l’histoire mondiale, tout en faisant ressortir le côté humain de tous ces soldats qui ont dû apprendre à tuer pour garantir le retour de la liberté aux Européens. Ils ont appris à vivre avec la mort qui frappait dans leur rang et l’odeur du sang qui gorgeait la terre. Le bien-être personnel absent était remplacé par les bottes mouillées, les vêtements sales, les corps crasseux, la pluie et la neige ainsi que le manque de nourriture. Le fracas des obus qui éclataient autour d’eux et les balles qui sifflaient à leurs oreilles marquaient chaque seconde de leur vie. Les alliés ont gagné cette guerre inhumaine à coup de gestes héroïques de leurs soldats malgré un grand nombre de décisions axées sur la bêtise et le narcissisme. 

J’ai adoré. J’ai lu presque d’un trait ce magnifique livre où Guy nous révèle de nombreux faits d’armes des soldats du régiment Stormont, Dundas & Glengarry Highlanders. Présentés sous forme de roman, les faits d’histoire sont faciles à absorber; l’aspect humain est largement détaillé pour permettre au lecteur de se sentir transporté dans le temps, de ressentir la peur intense et de geler avec Roland. Je me souviens des quelques heures que j’ai pris, il y a quelques années, à examiner la plage Juno où les Canadiens ont débarqué. Avec mon expérience de militaire, je percevais fort bien les enjeux de ce débarquement insensé, mais essentiel au retour de la liberté en Europe. Plus je réfléchissais en regardant les positions allemandes et les embûches sur le chemin des libérateurs, plus j’avais froid dans le dos. Le roman de Guy est venu me rappeler beaucoup de détails de cette triste aventure qui a tué tant de Canadiens. 

Bien sûr, je ne vous révèlerai pas « le secret ». Si je n’ai pas été surprise, Guy a su tourner cette partie du roman en y ajoutant le charme, l’amour et le retour à la paix. Ça jette un baume sur l’histoire horrible qu’il nous propose juste avant. 

Né à Ottawa, Guy a toujours été passionné par le monde des affaires. Il étudie d’abord en administration et il s’engage dans une carrière de gestionnaire. Au fil du temps, on le retrouve dans le domaine bancaire, industriel et dans les télécommunications. En prenant sa retraite, il prend conscience que l’écriture est une passion qu’il ne peut ignorer. Pourtant, il n’en est pas à sa première puisque « Unit to be a CEO » précède ce roman en 2001, et qu’il est suivi, dix ans plus tard, par « Bankers and Other Snakes ». 



Par son roman, Guy nous offre l’occasion de nous souvenir des horreurs de cette Seconde guerre mondiale. Ne devrions-nous pas tout tenter pour prévenir de tel conflit ? Pourtant, tous ces migrants qui parcourent actuellement l’Europe pour trouver la sécurité nous rappellent que l’horreur de la guerre continue dans d’autres parties du globe. Aussi dure. Aussi destructrice. Avec des chefs aussi narcissiques. Une guerre où les innocents paient le prix d’une politique de contrôle.  

Je me demande bien de quoi Guy va nous parler dans le prochain roman qui, j’en suis sûre, trotte déjà dans sa tête. 

Bonne lecture ! 

Suzie Pelletier
Merci d'encourager l'édition indépendante


Aucun commentaire:

Publier un commentaire