mardi 9 février 2016

Lecture - France Lussier - Exoterra



Chronique sur la lecture 
Auteure :      France Lussier
Titre :            Exoterra 
catégorie :    science fiction 
édition :        Les éditions Véritas Québec

La vie d’écrivain n’est pas toujours facile. Nous vivons nos heures d’écriture en solitaire et l’aide que l’on recherche n’est pas toujours au rendez-vous. France a mis dix ans de travail avant de publier son roman. Les périodes de travail intenses ont succédé à plusieurs phases où elle a laissé dormir son rêve. Mais en fin de compte, sa persévérance aura fait aboutir ce projet. Exoterra existe maintenant sous forme imprimée ou numérique par l’arrivée des deux premiers tomes, Le pouvoir des Mésens et Joran le Mésen.

Pour ma part, je suis toujours impressionné par ceux qui ont le talent d’écrire de la science-fiction à la Robert Heinlein ou Frank Herbert. France nous captive avec une vision futuriste de l’humanité dans un univers totalement différent de ce que nous connaissons. Visionnaire, peut-être avait-elle prévu la découverte par la NASA de ce nouveau système de sept planètes qui pourraient être habitables à quarante années-lumière d’ici ?

Exoterra nous transporte dans un autre monde, des millénaires après le nôtre. Quelques humains aux pouvoirs spéciaux subsistent, camouflés au milieu d’autres sociétés, dissimulant leurs habiletés de clairvoyance du mieux possible. 


Tome 1 : Le pouvoir des Mésens

Élanaii, l’une des dernières Mésens, refuse de se battre. Par contre, les circonstances, tout comme sa soif de vengeance pour la mort brutale de celle qui l’a élevée, elle se retrouve dans un groupe de rebelles qui travaille à protéger leur coin de l’univers contre les envahisseurs, les brutes Zalis.

Une histoire qui nous fait réfléchir. France repousse nos impressions premières sur les individus. Est-ce que les Zalis sont si terribles ? Ne s’activent-ils pas aussi à ce que nous voulons tous : la survie ? 
Tome 2 : Joran le Mésen


Élanaii et son groupe de combattants survivent tant bien que mal sur cette île au milieu de l’océan, sans véritable moyen de la quitter. De toute façon, il vaut mieux rester camoufler sous la montagne, avec ce peuple étranger dont les membres ont des pouvoirs similaires à ceux des Mésens, car les Zalis les recherchent implacablement pour les anéantir. 

L’arrivée de Joran Gallaën viendra bouleverser leur équilibre précaire tout comme le cœur d’Élanaii. Ensemble, pourront-ils échapper à ceux qui les pourchassent sans cesse ?

France planche actuellement sur le troisième tome de la collection et j’ai bien hâte de mettre la main dessus pour connaître la suite du périple des Mésens pour leur survie.

France est mon amie depuis toujours... ou presque. Le plus sérieusement du monde, je peux avancer que nous avons appris à écrire en même temps. Elle, sa jumelle Francine et moi, nous avons fait connaissance alors que nous avions six ans. Nous entreprenions notre première année à l’école Labrecque de East-Angus. Boy ! Ça me ramène loin ! Il y de cela plus de 56 ans ! Nous nous sommes perdues de vue au cours de nos années adultes, la vie nous bousculant chacune de notre côté. Puis, la magie de Facebook s’est opérée alors que je les ai repérées, l’une à Sherbrooke et l’autre à Gatineau. C’est ainsi que j’ai repris contact avec France et que j’ai appris qu’elle avait un manuscrit en main. J’avais tellement hâte de mettre la main sur le bouquin, plutôt l’œil sur le texte. 

Regardez ce magnifique sourire !                                   Lors de son lancement, entourée de sa famille et de ses amies, France savourait enfin son moment de gloire, celui de l’auteure qui voit enfin son roman dans la main des lecteurs. 
Le tempérament foncièrement humain de France se reflète dans ses personnages qui sont bien campés et fort attachants. Même les monstrueux Zalis. Les scènes qu’elle nous raconte nous remplissent d’émotion : du bonheur, de l’amour, de la peur, de l’angoisse, de l’ambition et de l’honneur. On y meurt pour sauver l’idéal des rebelles. Dès le premier chapitre, j’espérais qu’elle utilise ses talents d’auteur pour assassiner le personnage principal, tant je le détestais. Mais sa façon d’écrire et de traiter ce personnage, jouant au passage avec mes émotions, France m’a simplement transporté ailleurs. 

Bravo ! Venez la rencontrer dans les Salons du livre du Québec tout au long de l’année. 


Bonne lecture ! 

Suzie Pelletier

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire