lundi 5 septembre 2016

Voyage 2016 - Maine - La route vers Portland

                                              Autres textes de voyages aux États-unis


31 août 2016 - De Ellsworth à Portland

À notre départ, le temps était maussade et gris. La température se tenait à 18 °C et un crachin frappait le pare-brise avec régularité. En soi, c’était une belle journée pour une escapade sur les routes du Maine. 

Le circuit de 250 kilomètres aurait dû prendre au plus deux heures trente minutes. Pas pour des vadrouilleurs comme nous. Partis à 8 h 15, nous sommes arrivés au Ramada de Westbrook, en banlieue de Portland à 15 h. Nous avions choisi d’emprunter la route no 1 qui longe la côte et serpente dans la forêt entre les villages et permettait de nombreux arrêts.   

À la sortie d’Ellsworth, nous sommes tombés sur des travaux de voirie. Comme nous devions attendre en file, nous avons observé les arrangements de sécurité. Les cônes orange qu’ils utilisent font le tiers de la taille de ceux que nous voyons au Québec. Les pauvres Américains n’en ont pas trouvé de la bonne grandeur parce que Montréal et Transport Québec les ont tous achetés !

Nous avons parcouru les rues principales de plusieurs villages, y compris Rockland. Les plus importantes communautés possèdent leur McDonald, leur Dunkin Donuts ainsi qu’un magasin de sport très populaire en Nouvelle-Angleterre, LL Bean. Pour les autres, faites attention de ne pas éternuer en y passant... vous pourriez ne rien voir. Notre premier véritable arrêt fut à Wiscasset, à la suggestion d’un ami. 

Wiscasset et le Red’s Eat (Lobster Shack)

C’est à cause de mon ami Richard de Québec ! Quand il a su que nous longions la côte du Maine, il m’a demandé d’aller déguster un Lobster Roll (guédille au homard) à sa santé, au Red’s Eat de Wiscasset. Le Lobster Shack (baraque à homard) est installé en bordure de la route principale (coin Main street et Water street), juste à côté du pont qui traverse l’un des multiples bras de mer de la baie Sheepscot. Le shack fait pitance de loin, mais, dès que notre auto est stationnée, je remarque qu’environ vingt personnes attendent patiemment en ligne à 11 h 25, cinq minutes avant l’ouverture de la cuisinette. De l’autre côté de la rue, deux baraques annoncent aussi des Lobster Rolls, mais les clients potentiels traversent la route principale pour se joindre à notre file qui s’allonge rapidement à 50 personnes. J’imagine facilement que durant la haute saison, la file se termine de l’autre côté du pont...

En attendant de passer notre commande, plutôt MA commande puisque Denis ne mange pas de fruits de mer, les gens discutent avec entrain. Notre accent intrigue et en quelques minutes, le Français qui réside à New York (il vient déguster un roll tous les ans !) s’engage dans la conversation. Le gars de Moncton établi au Massachusetts depuis 40 ans (il s’arrête pour manger une guédille aux homards chaque fois qu’il se rend au Nouveau-Brunswick, deux à trois fois par été) ajoute son grain de sel. Puis il y a nous... du Québec (qui en sommes à notre première visite). La discussion bat son plein et l’on parle de voyages. 

Puis, la pluie nous tombe dessus. Nous sommes sur le trottoir et aucun d’entre nous ne sortira de la file pour se protéger. Yé ! un employé arrive avec des parapluies avec le logo du Resto, le Red’s Eat. Quelle bonne idée !


Une heure d’attente, des rencontres intéressantes, une douce pluie et un délicieux repas. 

Voyez-vous le pain à hot-dog dans le fond du plat ? Non ? Ce n’est pas grave, car avec près de deux homards dans le guédille, on s’en fout royalement du pain. On se concentre plutôt sur la mayonnaise maison et le beurre du Maine fondu...

Si vous passez par là un jour, l’arrêt, l’attente et la pluie en valent vraiment la peine. 

Bath et le Fort Franklin

Nous faisons certaines découvertes un peu par hasard par hasard. Dans un livre sur le Maine, j’ai lu qu’à Bath, se trouvaient le Popham Beach State Park et à côté, le fort Frankin qu’on aurait utilisé durant la Seconde Guerre mondiale. L’élément historique était suffisant pour nous attirer dans cette ville... avec une carte incomplète... 

Est-ce que je vous ai dit ce qu’est un road trip ? C’est un voyage de vagabonds où rien n’est déterminé à l’avance. C’est ainsi que nous nous sommes retrouvés, à l’entrée de la ville de Bath, à une intersection en T sans savoir de quel côté il fallait tourner. 

— Denis, mon pif me dit d’aller à gauche...

— Es-tu certaine ? 

— Non. 

Pendant que Denis conduit la voiture vers la gauche, je fouille les livres et la carte. D’abord, le parc n’est pas à Bath, mais à Phippsburg, à 20 milles (32 km) au sud ! Le fort Frankin s’appelle le fort Popham. Celui-ci a été construit durant la guerre civile américaine (1861-1865) puis laissé à l’abandon. Il a repris du service durant la guerre entre les États-Unis et l’Espagne (1898) ainsi que durant la Première Guerre mondiale. Le fort est désaffecté depuis 1924... 15 ans avant le début de la Seconde Guerre mondiale. 


Vraiment ? À qui peut-on se fier sinon aux guides de voyage ?


 Portland - la déception de la journée

Nous avons terminé notre journée dans la vieille ville de Portland. Quelque part, j’avais trop lu sur cette ville et son centre portuaire ancien. Je m’étais imaginé une façade animée et vivante comme on trouve à Halifax. Je m’attendais à un endroit où l’on marche aisément d’une boutique à l’autre, où les restaurants sont excellents et surtout, où l’animation des rues les rend intéressantes. 


Je ne trouve rien de tout ça, ici. C’est propre. On voit que la ville a dépensé beaucoup d’effort pour remettre à niveau les bâtiments d’époque. Ils sont nets, carrés, à quatre étages, en briques rouges. Tendance Nouvelle-Angleterre bien sûr. Mais, le centre-ville est mort. Aucun amuseur comme on rencontre dans les rues des vieux quartiers de Montréal. Peu de visiteurs. Les stationnements sont vides. Pourtant, il ne pleut pas et le temps est agréable malgré les nuages. Sauf pour quelques brasseries et un grill ou deux, nous n’avons pas vu de restaurant. Je trouve que les bâtiments auraient été charmants dans le quartier industriel et historique de Sherbrooke, mais dans un centre portuaire important ? J’étais déçue.

D’accord ! Ce fut la première déception du voyage. Nous survivrons sans difficulté.

Demain, les plages nous attendent. D’abord Old Orchard Beach, puis Ogunquit... 


Stay tuned.... le voyage se poursuit...

Suzie Pelletier

2 commentaires:

  1. Red's les meilleur lobster rolls du Maine - Marc peut te le confirmer...
    On ne doit aller aux mêmes endroits à Portland - j'adore cette ville.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si Marc, ce fin connaisseur, le dit, ça confirme la notoriété de la place ! Vive le Red's Eat ! Vive le homard !

      C'est vrai que Portland m'a déçue, mais nous n'y avons passé que quelques heures. Il faudra que je te consulte avant d'y retourner. Je suis certaine que tu sauras me la faire appréciée plus que les guides de voyage incomplets que nous avons consultés...

      Supprimer