dimanche 4 septembre 2016

Voyage 2016 - Maine - Mount Dersert Island (2)

                                                Autres textes de voyages aux États-unis


Mount Desert Island - 30 août 2016

Nous n’en avions pas fini avec cette île dont nous n’avions vu que la moitié. Pour notre première journée, hier, nous avions choisi les circuits touristiques comme le Park Loop Road qui mène inévitablement à Sandy Beach, le mont Cadillac et Bar Harbor. Voici d’ailleurs les trois billets que j’ai écrits à la suite de cette journée fort bien remplie :

     Voyage 2016 - Maine - Mount Desert Island (1)
     Voyage 2016 - Maine - Mont Cadillac
     Voyage 2016 - Maine - Bar Harbor

 Aujourd’hui, nous empruntons plutôt la 102 et la 198 qui nous fera faire le tour de la partie ouest de l’île. Le trajet que nous suivons est moins achalandé et les limites de vitesse s’en ressentent positivement. Les zones de 50 milles à l’heure (80,5 km/h) sont d’ailleurs plus fréquentes. Yé ! J’ai l’impression que la voiture vole !

La route est sinueuse et nécessite un bon contrôle de l’automobile. Le chemin asphalté colle aux arbres et les nombreuses sorties dangereuses me forcent à réduire la vitesse. Ce n’est pas grave, car le paysage en vaut la peine. Parfois nous roulons au milieu d’une forêt mature qui sent le cèdre et le pin, autrement nous longeons le bord de la mer. Nous n’avons choisi que trois points d’intérêt pour nous arrêter.  

Pretty Marsh

On y annonçait des aménagements pour le piquenique. Nous avons donc aussitôt cru que le site serait sur le bord de l’océan et qu’il y aurait du stationnement. Parking il y avait, mais il se situait au milieu d’une immense forêt humide. Aucune table. Nous entendions l’eau clapoter, à une distance d’au moins cent mètres plus bas. Il nous fallait trouver ce bord de mer, bien sûr.





Le temps de repérer un sentier, nous sommes descendus lentement sur un terrain spongieux recouvert d’aiguilles de pin et d’épinette. Heureusement, sinon ce serait dans la boue qu’on aurait mis nos pieds.



C’est ainsi que nous avons trouvé quelques tables à piquenique, bien placées sous un immense pavillon. 










Un escalier de bois donnait accès à la mer. 














Quand j’ai aperçu la petite baie, j’ai cru me retrouver près d’un lac dans les Cantons de l’Est. Seuls quelques signes comme la ligne de la marée, des brins d’algue sur le sol et l’odeur de mer trahissaient l’endroit où je me trouvais. 





Seawall Picnic Site

Tout au bout de l’île, on retrouve un immense champ de roches qui a été déposé là sans l’aide des humains. En soit, il préserve les berges, mais d’où viennent ces amas de pierres ? Au retrait des glaces, il y a 10 000 ans, le niveau de la mer était beaucoup plus bas. On peut donc s’imaginer de larges moraines qui se seraient constituées en bordure du glacier et ces murs de roches actuels pourraient bien en être des restants. 

Alors que nous étions à la recherche d’un endroit pour manger, nous remarquions que tous les lieux touristiques n’avaient plus aucun stationnement libre. Nous poursuivions notre route quand nous avons vu l’affiche pour ce terrain de piquenique. Curieusement, aucune des voitures qui nous précédaient ne tentait de tourner à droite. Ce site n’est probablement pas très achalandé… hum... la tranquillité nous attend peut-être. 



C’est ainsi que nous nous sommes retrouvés sur une grève rocheuse qui sentait l’algue et le poisson. Un vent léger poussait la vague sur les récifs qui seraient bientôt sous la surface de la mer.  

Un petit bout de paradis pour nos cœurs de nomade.



Bien sûr, il n’en fallait pas plus ! J’ai sorti mon calepin pour écrire quelques mots. 


J’appréciais le son des vagues et la sensation du vent qui soufflait dans mes cheveux. Est-ce que je peux passer le reste des vacances ici ? 


Sergeant Road

Il s’agit d’une toute petite route qui circule entre la forêt ou la roche, d’un côté, et l’océan de l’autre. Les prises de vue sont exceptionnellement belles, mais les points d’arrêts sont rares sur ce sentier asphalté sinueux et très étroits. Nous en avons trouvé qu’un seul. 

Notre chemin longe le Somes Sound, un immense bras de mer qui coupe presque l’île en deux. Je soupçonne que son lit a été creusé par un glacier en retrait à la fin de la dernière glaciation. 
Que nous apportera demain ?

Old Orchard Beach nous attend. Je vois dans ma tête les nombreux corps huilés et couchés sur des serviettes multicolores. Ça ne m’enchante guère, pas plus que le parc d’attractions dont parlent  tous les feuillets publicitaires sur le Maine. Trop de monde pour mon cœur de nomade. Marcher sur cette plage nus pieds et claquer nos sandales sur son Pier en bois demeurent tout de même un passage obligé pour ceux qui visitent la côte du Maine. Il y aura aussi Ogunquit, ma préférée, mais avant, la route nous attend vers Rockland, Wiscasset, Bath, Freeport...

Demain nous quittons Ellsworth pour nous rendre à Portland. En vagabonds que nous sommes, peut-être y resterons-nous une journée, peut-être deux... Qui vivra verra. 


Stay tuned... le voyage se poursuit...

Suzie Pelletier

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire