mardi 14 janvier 2020

Amsterdam


Voyage « Lacs suisses et Rhin enchanteur » (texte no 23)

Amsterdam 

Le 23 septembre 2019, l’Amamora a lancé ses amarres le long d’un quai en plein cœur de la vieille ville d’Amsterdam. Il était 9 h. J’attendais avec impatience de visiter cette ville. J’en rêvais depuis des années ! Notre première escapade de la journée, notre dernière de ce voyage, nous a fait prendre un bateau pour visiter les canaux de la ville. 

Selon Wikipédia, les canaux d’Amsterdam s’étendent sur plus de 100 kilomètres, traversés par 1500 ponts reliant environ 90 îles. Les canaux sont bordés de maisons à plusieurs étages datant du XVIIe siècle. Sur la photo ci-après, tirée de Wikipédia, on y voit les canaux concentriques par une vue aérienne. La visite prévue nous a fait naviguer pendant près d’une heure dans divers canaux, tous plus beaux les uns que les autres.

tiré de Wikipédia

Voici quelques photos prises à ce moment. 










Nous avions l’après-midi libre. Nous en avons profité pour visiter la vieille ville à pied. Il y a un quartier que je tenais à visiter. Chaque fois que je parle de visiter Amsterdam, on me demande, chaque fois, si je visiterai un quartier particulier. Je voulais pouvoir répondre aux gens curieux « Oui je l’ai vu » pour m’empresser de pousser la conversation ailleurs. D’ailleurs, ce quartier rouge… je parle ici de celui de la prostitution et de la vente de cannabis… ne fait pas belle mine. La petite rue étroite sent mauvais, comme les autres d’ailleurs. Un mélange de sueur, de crasse, d’odeur d’eaux malpropres, de fumée, de poissons un peu pourris. Je me plais à dire, comme on le fait chez nous : Been there, done that, wrote the book, read the guide.  Il n’y a vraiment rien là !

Les rues sont rarement droites, poussiéreuses et très achalandées en ce magnifique dimanche de septembre. Nous prenons le temps d’examiner les vieux bâtiments de l’ancienne ville qui, souvent, restent debout parce qu’ils sont accolés les uns aux autres. Puis, il y a des vélos partout. Si à Paris, on lance régulièrement dans les rues « Attention aux pickpockets ! », à Amsterdam, on vous avertit sérieusement : « Attention aux vélos ! ».   Les cyclistes ne respectent aucune règle, se permettant de klaxonner agressivement lorsque vous vous trouvez sur leur chemin… sans ralentir.   








Par contre, il est facile de stationner plusieurs milliers de vélos dans le port, dans un espace qui a moins de trente mètres sur trente mètres. Ça prendrait au moins un hectare pour y parquer autant d’autos !  




 Nous revenons au bateau satisfait de notre journée, mais nous savons que nous devrons y revenir pour bien apprivoiser cette ville, visiter ses musées et marcher dans ses rues à la recherche de trouvailles. 

De retour à bord, nous prenons le temps de bien refaire nos bagages puis nous passons notre dernière nuit à bord. Le lendemain, le 24 septembre 2019, marque notre retour à la maison et au train-train quotidien, la famille et les amis. 

J’espère que vous avez apprécié les vingt-trois publications inscrites à ce blogue au sujet de notre croisière « Lacs suisses et le Rhin enchanteur ».


Bonne visite ! 


Suzie Pelletier, écrivaine
https://editionsdudefi.com

samedi 11 janvier 2020

Cologne


Voyage « Lacs suisses et Rhin enchanteur » (texte no 21)


Le 21 septembre 2019, l’Amamora a attaché ses amarres au bord de la vieille ville de Cologne vers 13 h. Nous devions être à nouveau à bord du bateau à 18 h 30 pour le dernier trajet. En effet, au milieu de la nuit suivante, les eaux du fleuve Rhin nous transporteront au cœur des Pays-Bas. 

Ça nous donnait quelques heures seulement pour visiter la vieille ville de Cologne. J’aurais aimé me promener dans les rues étroites de la ville, mais, comme c’est le cas lors des voyages organisés, il fallait d’abord suivre le groupe pour une visite intensive de la Cathédrale.

Cologne est aujourd’hui une ville d’un million d’habitants et une agglomération de deux millions. Fondée par les Romains, elle devient au moyen-âge, un carrefour important en Europe. Annexée par la France de 1801 à 1815, elle est devenue prussienne par la suite. Elle a été occupée au cours de la Première Guerre mondiale et elle a subi des centaines de bombardements par les alliés de 1940 à 1945. Comme toutes les autres cathédrales d’Europe, celle de Cologne n’a pas été bombardée. Elle servait de point de repère tant pour les Allemands que pour les Alliés. 




La ville possède aujourd’hui trois pôles importants :

La navigation : La ville est traversée en son centre par le fleuve Rhin. Les barges y transitent tous les jours, tout comme les péniches touristiques et les bateaux de pêche.

Le tourisme : Sa cathédrale est visible de partout dans la vieille ville. Puis, les circuits touristiques comprennent de longues explications de son influence tant à Cologne et en Allemagne qu’en Europe. 

Commerce international : Bien sûr, la ville est connue pour son eau et son parfum. Notre guide traîne d’ailleurs un flacon dans sa sacoche afin de faire sentir l’odeur aux visiteurs. 


Une fois la longue visite (un peu trop longue d'ailleurs) de la Cathédrale terminée, nous revenons un peu plus lentement vers le bateau à notre rythme. Ça m’a permis de noter l’immense parc linéaire et surélevé qui borde le fleuve. Une réponse de la ville aux crues printanières. En ce samedi ensoleillé, les familles s’y installent, à l’ombre du clocher, pour profiter de l’air du fleuve. Le long des quais, des boutiques temporaires se sont installées offrant nourriture, vêtements et souvenirs aux gens de la ville et aux touristes.

Voici quelques photos que j’ai prises durant notre visite de la ville. Vous remarquerez qu'il est difficile d'en prendre sans prendre une vue de la cathédrale.










 Cologne est notre dernière visite en Allemagne. nous embarquons sur le bateau avec une certaine nostalgie. Nous nous demandons si nous aurons la chance de visiter à nouveau ce pays. Puis, mon naturel revenant au galop, je saisi que c'est à nous de faire notre chance. Si nous ne revenons jamais en Allemagne, ce sera parce qu'autres destinations auront captivé plus notre intérêt du moment.




Bonne visite ! 


Suzie Pelletier, écrivaine
https://editionsdudefi.com

jeudi 9 janvier 2020

Pays-Bas ou Hollande ?


Voyage « Lacs suisses et Rhin enchanteur » (texte no 22)

La Hollande est d’abord une région des Pays-Bas. Elle est également une ancienne province maintenant divisée en deux provinces : la Hollande-Septentrionale (Hollande du Nord) et la Hollande-Méridionale (Hollande du Sud). Elles ne sont que deux provinces sur les douze qui constituent le pays. La Hollande est sûrement la région la plus connue dans le monde. Les deux provinces font à peine le quart du pays, et elles sont les plus visitées du pays, ce qui crée peut-être la confusion.

Bien sûr, si vous n’allez qu’à Amsterdam ou La Haie, vous serez en Hollande. Si vous cherchez des champs de tulipes, vous irez en Hollande. Si vous empruntez l’autoroute A7-E22, vous sortirez de Hollande pour vous rendre dans la province de Frise, par l’Afsluitdijk, une digue de grande taille qui empêche la mer d’envahir une bonne partie des Pays-Bas.



L’histoire des Pays-Bas est longue et fort complexe. Apparemment, le pays était habité même durant la période glaciaire. Puis, des peuples Belgae, Frisons, Francs, Saxons et Bataves occupent le territoire avant d’être assimilés aux Francs saliens. Le roi Clovis devient leur premier roi. En 58 avant notre ère, Julius César conquiert ce territoire qui devient la frontière nord de l’Empire romain. Puis, la civilisation romaine cède la place aux peuples germaniques. 

Le Royaume des Pays-Bas est officialisé par décret le 19 avril 1839. Il est démocratique avec un parlement élu par le peuple et une monarchie royale. Le pays reste neutre lors de la Première Guerre mondiale et il est envahi par les troupes d’Hitler en 1940. Le pays est l’un des plus progressistes du monde en ce qui concerne les droits de la personne. 

Notre voyage ne nous permettra d’explorer que la capitale, Amsterdam. Ainsi, ce pays s’ajoute à d’autres pays d’Europe qui stimule notre intérêt (dont la Belgique, l’Allemagne et les pays scandinaves.) 


Bonne visite ! 


Suzie Pelletier, écrivaine
https://editionsdudefi.com

mercredi 8 janvier 2020

La vallée aux châteaux


Voyage « Lacs suisses et Rhin enchanteur » (texte no 20)


Le 20 septembre 2019, l'Amamora a quitté le quai de Rudesheim à 14 h 30 pour continuer sa descente du Rhin. Il y avait beaucoup de personnes sur le pont. Elles grouillaient d'anticipation pour ce que nous promettait le programme de l'après-midi.

Dans cette partie de l’Allemagne située entre notre arrêt de Rüdesheim et celui de Lahnstein, le fleuve Rhin s’est creusé un lit profondément dans le sol, laissant d’énormes promontoires. Il fallait donc s’attendre à ce que les souverains de l’époque médiévale, même avant dans certains cas, y construisent d’immenses châteaux et des forteresses. Aujourd’hui, plusieurs sont en ruine, mais l'impression de grandeur qu'ils nous laissent nous émeut encore.

Ainsi, dans la partie du Rhin qui s’étend entre Bigen am Rhein et Coblence, nous pourrons observer 30 châteaux.  Voici la carte que le personnel de l'Amamora nous a fourni pour qu'on s'y retrouve.


Mais d’abord, je me suis installée sur le pont pour savourer l’air frais du fleuve, pour écrire un peu. Un blogue ? Une histoire ? Une nouvelle ? Un roman ? En fait, je ne me souviens plus. Par contre, le bonheur de me retrouver devant mon écran m’a presque fait manquer les châteaux ! 







Le fleuve s’écoule en suivant un chemin tout en courbes et en méandres. Il faut croire que ce parcours demeure un vestige du tracé d’un glacier quelconque. 







Également, le long de la route, des villages se sont installés. La vie nous y semble si paisible. J’aimerais bien débarquer et marcher un peu le long d’un quai. Par contre, contrairement à nos voyages habituels, ici, nous n’avons pas la possibilité de suivre notre instinct et de vagabonder selon notre cœur. Cela demeurera le seul regret de ce voyage : le manque de liberté. Mais ça ne m’empêchera pas de recommencer à la première occasion. 




Voici quelques photos que j’ai prises le long du parcours. 

  
Ruine Ehrenfels

Mause Tower
  
Schoenburg castle


château de stolzenfels 
   
Nous étions satisfaits de cette balade fluviale fort intéressante qui nous a fait rêver de chevaliers en armures et de princesses durant un moment. 



Bonne visite ! 


Suzie Pelletier, écrivaine
https://editionsdudefi.com

mardi 7 janvier 2020

Rudesheim


Voyage « Lacs suisses et Rhin enchanteur » (texte no 19)

Nous avons remarqué, à travers les fenêtres de la salle à manger, que l’Amamora attachait ses amarres au quai de Rüdesheim (Rüdesheim am Rhein) à vingt heures le 19 septembre 2019. Nous étions attablés pour le repas de soirée. Il ne repartirait que vers 14 h 30 le lendemain, juste à temps pour la portion des châteaux médiévaux (prochain billet). 

Rüdesheim am Rhein a d’abord été colonisée par des Celtes, jusqu’à ce que les Romains s’y installent au 1er siècle. On note qu’on y cultivait déjà la vigne. Elle obtient tardivement son statut de ville, soit en 1818. Elle est connue à travers les siècles pour sa viniculture et le trafic des barges sur le Rhin.  

Le 20 septembre, nous avions rendez-vous avec la vieille ville de Rüdesheim. Cette fois, notre destination est suffisamment proche pour nous permettre de voyager à pied. Par contre, notre guide nous a invités à bord d’un petit train chouchou. 

Puis, nous nous rendons au téléphérique pour visiter le monument Niederwalddenkmal. Ce monument commémore l’unification de l’Allemagne en 1871. Sa conception et sa construction ont pris 12 ans. La décision de construire ce monument suit de près la fin de la guerre franco-allemande de 1870 et de la création de l’Empire allemand qui supplantait la Confédération allemande. En plus de marquer un fait important de l’histoire allemande, le trajet en gondole et la visite du site nous ont permis de voir la région vinicole dans son ensemble.

Voir les photos prises de notre aller et notre retour en téléphérique. Je n'avais jamais vu autant de vigne dans le même coin. Ça donne envie de ramasser quelques grappes... 





Voici des photos du monument Niederwalddenkmal et de la vue immense sur la vallée que la position du monument permet :









Puis, un temps libre nous le permettant, nous avons déambulé dans la partie piétonnière de la ville, sur la rue Oberstrasse ou la Drosselgasse. On y trouve des centres de dégustation du vin de la région, le Riesling, la boutique de Noël, des boutiques de souvenirs en tous genres et plusieurs restaurants. 


Drosselgasse


 


Je me demande ce qu'elle dessine...




Il faisait bon de nous promener dans cette ville sise au bord de la rivière Lorelei.  Et ce n'est pas fini ! En après-midi, le plan ne fera voguer au coeur de la vallée aux châteaux...





Bonne visite ! 


Suzie Pelletier, écrivaine
https://editionsdudefi.com