lundi 6 janvier 2020

Heilderberg


Voyage « Lacs suisses et Rhin enchanteur » (texte no 18)


Le 19 septembre 2019, alors que nous sommes en train de déjeuner, l’Amamora attache ses amarres au quai de Ludwigshafen. Pendant que l’équipage refait quelques provisions, nous partons en autobus pour une destination sise à 30 minutes de notre quai : la cité médiévale d’Heidelberg.

La ville moderne s’étale largement sur les deux rives de la rivière Neckar, un affluent du Rhin. Sa population est de 150 000 habitants, mais elle se gonfle des 28 000 étudiants qui fréquentent l’université de Heidelberg fondée en 1386. Près de 20 % de ces étudiants sont étrangers. 




Heidelberg a été bousculé par de nombreux bouleversements, dont la réforme protestante. Les iconoclastes de Martin Luther n’ont pas détruit de bâtiment, mais ils ont fait disparaître les joyaux de la cathédrale. Puis, la ville a été en grande partie détruite lors de la guerre de la Ligue d’Augsbourg, sous Louis XIV en 1689. Même s’il est de moindre importance, il faut noter les ravages du bombardement en 1944, à la fin de la Seconde Guerre mondiale. 

Tiré de Wikipédia
L’attraction principale demeure le château d’Heidelberg ou Heidelberg Schloss, comme l’appellent les citoyens de la ville. Il est situé dans le quartier Altstadt, la vieille ville. Le château a été construit sur un coteau surplombant la ville. Construit au XIIIe siècle, il contrôlait la vallée du Neckar. Détruit par deux invasions françaises en 1689 et  en1693, on ne l’a jamais complètement reconstruit. Mais il demeure, encore aujourd’hui, l’emblème du romantisme.


Voici quelques photos prises à l'intérieur du périmètre du château de Heidelberg.















Puis nous avons pu profiter d’une heure libre. Nous sommes descendus du château pour nous promener doucement dans la vieille ville et admirer le paysage. 
















Je suis revenue au bateau, la tête remplie d'idées de princesse, de belles robes et de princes charmants. L'âge n'a vraiment pas d'influence sur la romance qui se glisse dans nos coeurs. J'adore toujours autant cette époque médiévale qui avait ses malheurs certes, mais aussi ses beautés et ses airs.




Bonne visite ! 


Suzie Pelletier, écrivaine
https://editionsdudefi.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire