jeudi 25 octobre 2012

Voyage 2003 - Havre Aubert


☆ ☆ ☆ ☆ Précédente ☆ ☆ ☆ ☆  tous les voyages ☆ ☆ ☆ ☆  suivante ☆ ☆ ☆ ☆

Les maritimes et les îles de la madeleine
Mercredi le 30 juillet 2003 - Havre Aubert

C'était notre première journée aux îles. Nous étions fatigués. Nous n'avions presque pas dormi depuis plus de 40 heures. Mais nous avions quand même la bougeotte. 

Une fois la roulotte bien installée pour plusieurs jours, le petit réfrigérateur rempli, notre premier repas aux îles dégusté, nous nous sommes regardés et, sans prononcer un mot, nos visages souriants ont dit à l'unisson : « OK qu'est-ce qu'on fait maintenant ? »  

C'est ainsi que nous sommes partis pour visiter l’Île du Havre Aubert, l'île qui est le plus au sud de l'archipel des îles de La Madeleine.  Elle doit son nom au navigateur Thomas Aubert. C'est la plus vaste des îles (58 km carrés), mais, avec ses 2375 habitants, ce n'est pas la plus peuplée. Elle est reliée à l'île de Cap-aux-Meules par deux lisières de sables, ou dunes, parallèles. Pour nous rendre à l'île Havre Aubert, nous avons emprunté la route 199 qui longe la dune du Havre-aux-Basques, aussi appelé dune de l'est. L'autre extrémité de l'île se transforme aussi en dune. C'est Sandy Hook qui, en se glissant sous l'eau, pointe vers l'île d'entrée. 




L'immense plage de sable blond est le site du Concours de château de sable des îles de La Madeleine. Ce concours qui, depuis le 15 août 1987, attire des sculpteurs et des amateurs du monde entier. Il apporte aussi l'occasion de fêter comme on sait si bien le faire aux îles.  


Ce n'était pas encore le temps de ce grand festival qui devait commencer deux semaines plus tard. Nous voulions trouver l’atelier des artisans de sable. http://www.artisansdusable.com/  En effet, des Artisans des îles ont découvert une méthode très spéciale de faire des sculptures de sable qui restent stables au fil du temps. Ils mélangent certains sables que l’on trouve aux îles avec une sorte de colle, préparation dont nous n’avons pas pu obtenir le secret.  Puis, de ce mélange, ils font des blocs de différentes grandeurs. Cela prend environ 24 heures au mélange pour devenir plus dur que du granit. Les blocs doivent être sculptés au cours de ces 24 heures pour que le produit soit acceptable. 

Bien sûr, nous comprenions que toutes les pièces semblables en étalement étaient le produit de moulage. Un artisan présent dans la boutique a accepté de répondre à nos questions. C’était très intéressant. Contents de notre visite, nous sommes repartis avec quelques objets que nous ramènerons pour nos enfants. 

Puis, comme il faisait beau, nous avons marché le long de la plage où l’on pouvait trouver toutes sortes de petites boutiques, de bars, de boîtes à chanson. Au fil de nos pas, nous avons également trouvé l’endroit où se joue la pièce de théâtre « mes îles, mon pays ». Billets en main, nous allions revenir la voir le vendredi soir suivant. 

L’organisation de la pièce, encore jouée tous les étés, devient le plus gros employeur des îles, car plus de cinquante comédiens y font apparition. La pièce est également montée et dirigée par des gens des îles. L'organisation embauche aussi un grand nombre de techniciens. Elle attire aussi un lot important de touristes chaque été. Les soirs de représentation, les restaurants de Havre Aubert sont remplis, tant avant la pièce qu'après; les boutiques restent ouvertes tant qu'il y a des clients. Pour plus d'information, voir leur site web: 

http://www.mesilesmonpays.com/ 

La pièce raconte l’histoire humaine des îles à partir des Mik’maq en passant par les Basques, le piratage anglais, l’arrivée des Acadiens après la grande déportation, l’arrivée des Irlandais à l’île d’Entrée après la crise des patates dans leur pays, l’arrivée des Écossais qui ont peuplé Grosse-Île et l’île de la Grande Entrée.  Par la suite, fuyant le régime français durant la Révolution française, un groupe de gens est arrivé en provenance des îles St-Pierre et Miquelon.

La mise en scène de la pièce était excellente. Deux gros bateaux étaient installés tout le long de la pièce de chaque côté des spectateurs. Ces deux bateaux furent utilisés à plusieurs reprises durant la pièce avec beaucoup d’effet. Cela donnait l'impression aux spectateurs de faire partie de l'histoire racontée, un peu comme si on pouvait entrer dans un livre.

Par cette pièce de théâtre, l’auteur prend le temps également de discuter la décision du gouvernement canadien d’interdire la chasse au phoque. Selon beaucoup de Madelinots, on aurait fait une trop grande publicité de la réaction émotive de Brigitte Bardot face à la chasse aux bébés phoques (blanchons). Selon les Madelinots, cette décision fut la plus désastreuse pour le rétablissement de la morue dans les eaux canadiennes. En effet, la population de phoques mange à elle seule plus de 16 milliards de tonnes de morues par année.  Les biologistes peuvent parler de changement de température des eaux, les gens de Pêches et Océans peuvent mettre leur disparition sur le dos des navires-usines, mais, pour les Madelinots, c’est la fin de la chasse aux phoques qui a été l’élément le plus significatif dans la disparition de ce poisson tant recherché. 

Nous avions les poumons remplis de l'air des îles, nos narines garderaient longtemps l'odeur de la mer et nos oreilles sillaient du son des vagues.  

Notre périple aux îles commençait bien. 


Terminé le 16 août 2003
revu le 21 septembre 2012 


Plume / Suzie Pelletier 

☆ ☆ ☆ ☆ Précédente ☆ ☆ ☆ ☆  tous les voyages ☆ ☆ ☆ ☆  suivante ☆ ☆ ☆ ☆

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire