mardi 11 février 2020

Caraïbes de l’est — Le retour


Croisière dans les Caraïbes de l’Est — billet no 14 (11 février 2020)

Ça fait quelques jours que nous sommes revenus de voyage et la question demeure : sommes-nous satisfaits de cette croisière ? Bien sûr ! 

J'aime l'océan. J'avais hâte de me retrouver au milieu de la mer sans terre en vue. Ça me rappelait mon stage en océanographie de 1976, sauf que cette fois, nous étions près de 6000 personnes à bord (4300 passagers, 1700 membres d'équipages). L'océan est toujours vivant et il peut être parfois terriblement agité. Ça ne me faisait pas peur. Je n'ai pas le mal de mer. Puis, sauf pour une journée où j'ai vu quelques visages verts, l'océan est resté agréablement calme. Le soleil lui donnait une couleur bleue qui, à certains endroits, tirait sur le turquoise. J'ai aimé sentir son mouvement sous mes pieds. Lorsque que nous étions en mer, je sortais sur la balcon de notre cabine où je montais au 18e étage de notre ville flottante pour l'admirer. J'ai aimé dire bonjour au soleil le matin et lui dire au revoir le soir. Ça fait de merveilleuses photos:

Lever du soleil le 27 janvier 2020 (Journée en mer)
Coucher de soleil le 3 février 2020 (Saint-Kitts)
Notre objectif principal était de visiter plusieurs îles afin de choisir quelques destinations pour les prochaines années. Janvier est un mois de repos où l’on cherche à se cacher de l’hiver pour une semaine ou deux. Nous avions choisi Saint-Kitts à deux reprises pour son calme et ses attraits touristiques et ses plages sur l’Atlantique et les Caraïbes. 

Nous cherchions donc à voir si d’autres îles nous apporteraient autant de plénitude, mais le choix nous était difficile. La croisière nous a permis d’en visiter dix nouvelles, en comptant Porto Rico. Nous espérions trouver quelques idées pour nos prochaines destinations d’hiver.

Alors, comme réponse à la question : oui, notre but est atteint. Nous avons repéré des îles que nous aimerions visiter de nouveau afin de mieux les explorer. D'autres nous captivaient moins. 

Notre deuxième objectif était « d'essayer » le mode de voyage « croisière » que plusieurs nous vantaient avec verve. Là, la réponse est mitigée. D’abord, je doute que nous fassions une autre croisière dans les Caraïbes. L’expérience nous a démontré que nous aimons notre manière de vivre nos expériences dans le sud, en couple, en prenant notre temps. Après onze jours en mer avec plus de 4000 autres passagers, j’ai compris que ce n’était pas pour moi, du moins, pas pour tous les voyages. J’aime rencontrer des habitants de la place, parler avec eux, visiter les lieux sans me presser. Ça prend quelques jours. En croisière, les visites sont trop courtes pour atteindre ce but. Puis, quand on débarque avec des milliers d’autres, ça empêche d’établir une relation privilégiée. 

Par contre, nous savons tout de même que ce ne sera pas notre dernière croisière. En fait, la prochaine pourrait bien être une croisière sur la mer Baltique, pour visiter des lieux difficiles à voir autrement. Est-ce que nous choisirons « Norwegian Cruise » ? Les autres membres de notre groupe nous ont répété que la compagnie de croisières n’était pas au sommet du palmarès des hôtels flottants. Ils l’évaluent sévèrement à un maximum de trois sur une échelle de zéro à cinq. Certaines compagnies proposent l’internet et la boisson gratuite ou des repas plus fabuleux, mais les coûts sont plus faramineux. D’autres nous ont parlé des cabines mieux aménagées. En ce qui me concerne, j'ai trouvé les aménagements et les offres appropriés pour le coût du voyage. Je ne suis pas prête à payer plus cher pour obtenir du supplément. Ce que propose l'Épic nous a satisfaits. 

De toute façon, d’autres éléments plus importants nous aideront à choisir notre prochaine croisière. En effet, il existe des centaines d’offres pour les Baltiques. Les dates seront d'importance capitale, vu notre emploi du temps. Les pays visités lors de la croisière auront une plus grande priorité que le nom du navire et les richesses qu'il offre. Le point de départ reste aussi un élément à considérer sérieusement. Peut-être que le nombre de passagers, donc la grosseur du bateau, sera aussi un facteur à ajouter. 

Je ne sais pas quelle sera notre prochaine destination. Peut-être même que ce sera une île que nous n’avons pas visitée sur ce voyage, qui sait ? La Guadeloupe ? La Martinique ? Les Bahamas. Un retour à Saint-Kitts peut-être ?

L’avenir nous appartient ! À nous de choisir.

Bon voyage !

Suzie Pelletier, écrivaine


Aucun commentaire:

Publier un commentaire